En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
cm1_rect_64px.pngcm2_rect_64px.png
news_64px.png photos_64px.png presse_64px.png
 
Vous êtes ici :   Accueil » Les gestes qui sauvent

Les gestes qui sauvent

Les gestes qui sauvent

Source : site de la Croix Rouge Française : http://www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers/Les-6-gestes-de-base/Les-4-etapes-pour-porter-secours

Sommaire

  • Les 4 étapes pour porter secours zoom_loupe.png
  • Secourir : l'étouffement zoom_loupe.png
  • Secourir : le saignement zoom_loupe.png
  • Secourir : l'inconscience zoom_loupe.png
  • Secourir : le malaise cardiaque zoom_loupe.png
  • Secourir : l'arrêt cardiaque - la défibrillationzoom_loupe.png

Les 4 étapes pour porter secours 

  1. Sécuriser le lieu de l'accident. 1
  2. Regarder comment se porte la victime. 2
  3. Demander de l'aide (cf. article "Les numéros qui sauvent").3

    Le 18 : les sapeurs-pompiers pour tout problème de secours, notamment accident, incendie.

    Le 15 : le Samu pour tout problème urgent de santé, c'est un secours médicalisé.

    Le 17 : la police ou la gendarmerie pour tout problème de sécurité ou d'ordre public.

    Le 112 : numéro d'appel unique des urgences sur le territoire européen, recommandé aux étrangers circulant en France et aux Français circulant à l'étranger.

    Le 115 : le Samu social pour toute personne qui présente une détresse sociale comme les personnes sans domicile ou sans abri et exposées aux intempéries.

  4. Effectuer les gestes de premiers secours.4

PROTEGER / ALERTER / SECOURIR


L'étouffement

LES ÉTAPES DE L'INTERVENTION

1
La victime ne peut pas répondre (elle secoue éventuellement la tête), mais est consciente.
2
La victime ne peut ni parler, ni respirer, ni tousser. Elle peut émettre des sifflements ou tenter de tousser sans émettre de bruit.
3
Donnez un maximum de 5 claques dans le dos de la victime. Après chaque claque, vérifiez si tout rentre dans l'ordre.
4
Si les claques dans le dos n'ont pas d'effet, effectuez un maximum de 5 compressions abdominales.
5
Si le problème n'est toujours pas résolu, alternez 5 claques dans le dos et 5 compressions abdominales.
6
Si la victime perd connaissance, posez-la délicatement au sol et alertez immédiatement les secours, puis entreprenez une réanimation cardio-pulmonaire en commençant par effectuer 30 compressions thoraciques
7
Poursuivez la réanimation jusqu'à ce que les secours arrivent ou que la victime reprenne une respiration normale.

TECHNIQUE : LES CLAQUES DANS LE DOS (ADULTE ET ENFANT DE PLUS D'UN AN)

8

Tenez-vous sur le côté et un peu en arrière de la victime.

Penchez-la vers l'avant en soutenant sa poitrine d'une main, ce qui permettra à l'objet obstruant les voies aériennes de ne pas s'enfoncer davantage dans la trachée.

Administrez un maximum de 5 claques entre les omoplates. Chaque claque a pour but de provoquer un mouvement de toux permettant de déloger l'objet.

Après chaque claque, observez si le corps étranger a été rejeté ou non. Dans l'affirmative, la victime reprend sa respiration et tousse, et il est inutile de lui donner d'autres claques dans le dos.

TECHNIQUE : LES COMPRESSIONS ABDOMINALES (ADULTE ET ENFANT DE PLUS D'UN AN)

9

Tenez-vous derrière la victime et placez vos bras autour de la partie supérieure de son abdomen.

Penchez la victime vers l'avant.

Placez un de vos poings fermés entre le nombril et l'extrémité inférieure du sternum.

Maintenez votre poing en place à l'aide de votre autre main. Enfoncez fortement votre poing vers vous et vers le haut. Recommencez ce geste 5 fois au maximum.

 Ces contenus sont extraits du guide des gestes qui sauvent de la Croix-Rouge française, remis à chaque participant à une formation PSC 1. Textes : Dr Pascal Cassan, Dr Daniel Meyran, Dr Vincent Hubert - Photo : Valérie Archeno - Illustrations : Philippe Diemunch - Pictogrammes : Yann Brien.


Le saignement

LES ÉTAPES DE L'INTERVENTION

1
Evitez, si possible, tout contact avec le sang de la victime ; demandez-lui de comprimer elle-même sa blessure.
2
Sinon, exercez une pression directement sur la plaie avec vos mains protégées (gants jetables, sac plastique ou linge).
3
Allongez la victime en position horizontale.
4
Demandez à une personne présente d'alerter les secours ou faites-le vous-même si vous êtes seul.
5
Si la plaie continue de saigner, comprimez-la encore plus fermement.
6
Poursuivez la compression sur la plaie jusqu'à l'arrivée des secours.
7
Si vous devez vous libérer (par exemple pour aller donner l'alerte), appliquez un tampon relais pour remplacer votre compression manuelle.
8
Lavez-vous les mains après avoir effectué ces premiers secours.

L'inconscience

LES ÉTAPES DE L'INTERVENTION

inconscience1
Vérifiez que la victime ne réagit pas.
inconscience2
Libérez les voies aériennes.
inconscience3
Vérifiez que la victime respire.
inconscience4
Tournez la victime sur le côté en position latérale de sécurité.
inconscience5
Demandez à quelqu'un d'appeler les secours ; allez chercher de l'aide si vous êtes seul.
inconscience6
Vérifiez régulièrement la respiration de la victime jusqu'à l'arrivée des secours.

TECHNIQUE : LA LIBÉRATION DES VOIES AÉRIENNES

inconscience7

En cas de perte de conscience, les muscles sont relâchés, ce qui provoque une obstruction des voies aériennes par la chute de la langue dans le fond de la gorge.
Ce risque peut-être écarté en basculant la tête de la victime en arrière et en soulevant son menton.

inconscience8

Desserrez si vous le pouvez le col, la cravate ou la ceinture de la victime.

Placez une main sur le front de la victime et basculez délicatement sa tête vers l'arrière.

Dans un même temps, positionnez l'extrémité des doigts de l'autre main sous le bout du menton de la victime et soulevez celui-ci pour décoller la langue du fond de la gorge et dégager ainsi les voies aériennes.

 N'exercez aucune pression sur la région molle située sous le menton pour ne pas entraver la respiration.

inconscience9

Vérifiez la respiration de la victime :

 Vérifiez que la poitrine se soulève et s'abaisse régulièrement.

Ecoutez les bruits de la respiration en approchant votre oreille de sa bouche.

Essayez de sentir le souffle de sa respiration en plaçant votre joue près de sa bouche pendant 10 secondes.

TECHNIQUE : LA MISE EN POSITION LATÉRALE DE SÉCURITÉ (PLS)

Si la victime porte des lunettes, ôtez-les lui.

Assurez-vous que ses jambes sont allongées côte à côte. Si ce n'est pas le cas, rapprochez-les délicatement l'une de l'autre de manière à les placer dans l'axe du corps.

inconscience10

Disposez le bras de la victime le plus proche de vous à angle droit de son corps. Pliez ensuite son coude tout en gardant la paume de sa main tournée vers le haut.

Placez-vous à genoux ou en trépied à côté de la victime.

inconscience11

Saisissez l'autre bras de la victime d'une main, placez le dos de sa main contre son oreille, de votre côté.

Maintenez la main de la victime pressée contre son oreille, paume contre paume.

inconscience12

Attrapez la jambe la plus éloignée de vous avec l'autre main, juste derrière le genou, et relevez-la tout en gardant le pied au sol.

 Placez-vous assez loin de la victime, au niveau de son thorax, pour pouvoir la tourner sur le côté vers vous, sans avoir à reculer.

inconscience13

Faites rouler la victime en tirant sur sa jambe jusqu'à ce que le genou touche le sol.

Dégagez doucement votre main de sous la tête de la victime en maintenant son coude de votre autre main afin de ne pas entraîner sa main et d'éviter ainsi toute mobilisation de sa tête.

inconscience14

Ajustez la jambe située au-dessus de sorte que la hanche et le genou soient à angle droit.

inconscience15

Ouvrez la bouche de la victime d'une main, avec le pouce et l'index, sans mobiliser la tête, afin de permettre l'écoulement des liquides vers l'extérieur.

Demandez à quelqu'un d'appeler les secours ou bien allez chercher de l'aide si vous êtes seul.

Vérifiez régulièrement que la respiration est normale.

Ces contenus sont extraits du guide des gestes qui sauvent de la Croix-Rouge française, remis à chaque participant à une formation PSC 1. Textes : Dr Pascal Cassan, Dr Daniel Meyran, Dr Vincent Hubert - Photo : Valérie Archeno - Illustrations : Philippe Diemunch - Pictogrammes : Yann Brien.


Le malaise cardiaque

Si la victime parle, se sent mal, il est indispensable de lui poser des questions et d'alerter le Samu-Centre 15 qui pourra juger du degré d'urgence.

QU'OBSERVEZ-VOUS ?

 La victime se plaint d'une douleur serrant la poitrine. La douleur peut irradier vers d'autres parties supérieures du corps (notamment le bras, l'épaule, le cou, la mâchoire inférieure ou l'estomac). Ces signes peuvent s'accompagner de difficultés respiratoires, de sueurs, de nausées, voire de douleurs abdominales.

QUE DEVEZ-VOUS FAIRE ?

Ne sous-estimez pas la situation : même si la victime prétend que ce n'est pas grave, elle doit immédiatement être prise en charge.

  •  Posez des questions à la victime : depuis combien de temps dure ce malaise ? Est-ce la première fois ? La victime a-t-elle été hospitalisée ou prend-elle des médicaments pour cela ?
  •  Demandez à une personne présente d'alerter immédiatement les secours (le Samu-Centre 15), ou faites-le vous-même si vous êtes seul.
  •  Mettez la victime au repos dans une position confortable (allongée ou, si elle le souhaite, en position semi-assise ou assise).
  •  Vérifiez régulièrement que la victime est consciente et respire normalement.
position allongée
position allongée
position semi-assise
position semi-assise

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ces contenus sont extraits du guide des gestes qui sauvent de la Croix-Rouge française, remis à chaque participant à une formation PSC 1. Textes : Dr Pascal Cassan, Dr Daniel Meyran, Dr Vincent Hubert - Photo : Valérie Archeno - Illustrations : Philippe Diemunch - Pictogrammes : Yann Brien.


L'arrêt cardiaque - La défibrillation

Dans de nombreux cas d'arrêt cardiaque, le coeur continue de battre, mais le rythme des battements est tellement anormal que les contractions cardiaques sont inefficaces et que le cœur ne peut plus assumer sa fonction de pompe sanguine : c'est la fibrillation.

Cette fibrillation peut être corrigée au moyen d'un défibrillateur automatique (DAE), qui analyse le rythme cardiaque de la victime, avant de lui administrer, si nécessaire, un choc électrique.

Les chances de survie augmentent si la réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation sont entreprises dans les premières minutes qui suivent l'arrêt cardiaque.

COMMENT UTILISER UN DAE ?

La victime ne réagit pas, ne respire pas normalement et un DAE est disponible.

defibrillation1
Poursuivez la Réanimation cardio-pulmonaire jusqu'à l'arrivée du DAE.
defibrillation2
Dès qu'il est disponible, mettez le DAE en marche et suivez les instructions de l'appareil.
defibrillation3
Dénudez la poitrine de la victime et placez les électrodes selon les instructions figurant sur l'emballage ou sur les électrodes elles-mêmes.
defibrillation4
Assurez-vous que personne ne touche la victime lorsque le DAE analyse le rythme cardiaque de la victime.
defibrillation5
Si un choc électrique doit être administré, assurez-vous que personne ne touche la victime. Appuyez sur le bouton si cela vous est demandé. Un défibrillateur entièrement automatique administrera la choc sans votre intervention.
defibrillation9
Si le DAE vous invite à entreprendre des compressions thoraciques, faites-les sans tarder. Alternez 30 compressions et 2 insufflations.
6
Continuez la réanimation jusqu'à ce que les secours d'urgence arrivent et poursuivent la réanimation, ou que la victime reprenne une respiration normale.
defibrillation8
N'éteignez pas le DAE et laissez les électrodes en place sur la poitrine de la victime. Si celle-ci reste inconsciente mais respire normalement, mettez-la sur le côté, en Position latérale de sécurité (PLS)

TECHNIQUE : COMMENT UTILISER UN DAE ?

defibrillation11

Poursuivez la réanimation cardio-pulmonaire jusqu'à l'arrivée du DAE.

Dès que celui-ci est disponible, mettez-le en marche et prenez connaissance des instructions figurant sur l'appareil.

Pendant ce temps, si plusieurs sauveteurs sont présents, l'un d'eux doit poursuivre la réanimation cardio-pulmonaire.
 

defibrillation12

Dénudez la poitrine de la victime et placez les électrodes à même la peau conformément aux instructions figurant sur leur emballage ou sur les électrodes elles-mêmes.

Assurez-vous que personne ne touche la victime lorsque le DAE analyse son rythme cardiaque.

defibrillation13

Si un choc électrique doit être administré, assurez-vous que toutes les personnes présentes sont éloignées de la victime et de son environnement immédiat.

Appuyez sur le bouton si cela vous est demandé. Un défibrillateur entièrement automatique administrera la choc électrique sans votre intervention.

defibrillation14

Si le DAE vous y invite, effectuez des compressions thoraciques sans tarder. Alternez les séries de 30 compressions et de 2 insufflations.

Continuez à suivre les indications du DAE jusqu'à ce que la victime retrouve une respiration normale ou jusqu'à l'arrivée des secours.

defibrillation15

Si la respiration redevient normale, arrêtez la réanimation, mais n'éteignez pas le DAE et laissez les électrodes en place sur la poitrine de la victime. Si celle-ci reste inconsciente, mettez-la sur le côté, en position latérale de sécurité.

Ces contenus sont extraits du guide des gestes qui sauvent de la Croix-Rouge française, remis à chaque participant à une formation PSC 1. Textes : Dr Pascal Cassan, Dr Daniel Meyran, Dr Vincent Hubert - Photo : Valérie Archeno - Illustrations : Philippe Diemunch - Pictogrammes : Yann Brien.


Dernière modification : 13/12/2014 ~ 18:40
Page lue 938 fois